stupre

stupre

stupre [ stypr ] n. m.
• 1684; « viol » 1378; lat. stuprum
Rare et littér. Débauche honteuse, humiliante. luxure. Vivre dans le stupre. « L'atmosphère invite aux voluptés sommaires, aux jeux, aux stupres » (A. Gide).

stupre nom masculin (latin stuprum) Littéraire. Débauche honteuse, luxure.

⇒STUPRE, subst. masc.
Littér. Débauche honteuse, avilissante. Se jeter, se vautrer dans le stupre. Elle eut soudain l'horrible et précis rappel de tout ce qu'elle avait fait pour cet homme, de leurs nuits, de cet amour insensé, de cette adoration d'une chair méprisable où elle s'était abaissée et prostituée. Jusqu'où n'avait-elle pas abdiqué sa pudeur et sa dignité, quel stupre n'avait-elle pas accepté pour susciter en lui le frisson du plaisir (VAN DER MEERSCH, Invas. 14, 1935, p. 124). Il eut honte de Rose comme d'une fille perdue à qui il était lié par le stupre le plus bas (DRIEU LA ROCH., Rêv. bourg., 1937, p. 43).
— Subst. + de stupre. Lieu de stupre. C'était par les villes et par les bourgs un souffle déchaîné de stupre et d'adultère (LORRAIN, Sens. et souv., 1895, p. 261). Borgne, aveugle, sourd, noué, l'homme est encore une bête de stupre (ARNOUX, Suite var., 1925, p. 166).
En partic. Acte de lubricité, viol. Gilles s'installait aux fenêtres du château et (...) faisait monter ceux [de jeunes mendiants] dont la physionomie l'incitait au stupre (HUYSMANS, Là-bas, t. 2, 1891, p. 12).
REM. Stupreux, -euse, adj., hapax. En une heure nous avons été fornicatrices, adultères, incestueuses, stupreuses (PÉLADAN, Vice supr., 1884, p. 240).
Prononc. et Orth.: []. Att. ds Ac. 1935. Étymol. et Hist. 1372 « viol » stupre et defloracion de vierge (DENIS FOULECHAT, trad. de JEAN DE SALISBURY, Policraticus, éd. Ch. Brucker, fol. 96 recto, col. 1, p. 293); 1684 « débauche honteuse » (Nouv. dict. du voyageur fr.-all.-lat., 854 [Chouët] ds QUEM. DDL t. 12). Empr. au lat. class. stuprum « action de déshonorer, violence, attentat à la pudeur; relations coupables ». Fréq. abs. littér.:31.

stupre [stypʀ] n. m.
ÉTYM. 1684, D. D. L.; « viol » 1378; lat. stuprum.
Littér. Débauche honteuse, humiliante; souillure (→ Effluence, cit. 2). Luxure. || Se vautrer, se jeter dans le stupre.
1 Sur les quais (de Calvi), un peuple demi-nu circule, la haute société de quelques yachts de plaisance se mêlant aux pêcheurs du petit port; tout cela respire l'insouciance et la liesse. L'atmosphère invite aux voluptés sommaires, aux jeux, aux stupres, et reste parfaitement impropre à la médidation.
Gide, Journal, 22 août 1930.
REM. Cet emploi au pluriel est rare.
2 Le rapprochement sur la scène de deux manifestations passionnelles, de deux foyers vivants, de deux magnétismes nerveux est quelque chose d'aussi entier, d'aussi vrai, d'aussi déterminant même, que, dans la vie, le rapprochement de deux épidermes dans un stupre sans lendemain.
A. Artaud, le Théâtre et son double, Idées/Gallimard, p. 121.
3 Elle représente une femme de type africain, couchée à plat ventre et s'appuyant sur ses deux bras, face levée vers le ciel et son corps nu à demi redressé, en une pose de bacchante ivre qui reprendrait respiration après s'être roulée dans le stupre ou dans le raisin.
Michel Leiris, Fourbis, p. 48.
Mod., par plais. (cf. l'emploi similaire de débauche dans un sens atténué). || Vous êtes rentrés à cinq heures du matin ! Le stupre, quoi !

Encyclopédie Universelle. 2012.

Игры ⚽ Нужен реферат?

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Stupre — Luxure La Luxure representée par Pieter Bruegel …   Wikipédia en Français

  • stupre — (stu pr ) s. m. Latinisme introduit par Voltaire pour exprimer quelque commerce criminel. •   Une preuve qu il s agissait [dans l exil d Ovide] de quelque stupre, de quelque inceste, de quelque aventure secrète de la sacrée famille impériale …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • STUPRE — n. m. Souillure, outrage aux moeurs …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • stupre — …   Useful english dictionary

  • tupre — stupre …   Dictionnaire des rimes

  • débauche — [ deboʃ ] n. f. • 1499; de débaucher A ♦ 1 ♦ Vieilli Usage excessif, jugé condamnable, de plaisirs sensuels. ⇒ désordre (de la conduite), inconduite. S adonner à la débauche. Tomber dans la débauche. Compagnons de débauche. Débauche de table. ⇒… …   Encyclopédie Universelle

  • débauché — débauche [ deboʃ ] n. f. • 1499; de débaucher A ♦ 1 ♦ Vieilli Usage excessif, jugé condamnable, de plaisirs sensuels. ⇒ désordre (de la conduite), inconduite. S adonner à la débauche. Tomber dans la débauche. Compagnons de débauche. Débauche de… …   Encyclopédie Universelle

  • Histoire Du Mot Pédérastie — La pédérastie (du grec ancien παιδ paid « enfant » et ἐραστής erastès « amant ») désigne à l origine une institution morale et éducative de l Antiquité bâtie autour de la relation particulière entre un homme mûr et un jeune… …   Wikipédia en Français

  • Histoire du mot pederastie — Histoire du mot pédérastie La pédérastie (du grec ancien παιδ paid « enfant » et ἐραστής erastès « amant ») désigne à l origine une institution morale et éducative de l Antiquité bâtie autour de la relation particulière entre… …   Wikipédia en Français

  • Histoire du mot pédérastie — La pédérastie (du grec ancien παιδ paid « enfant mâle, garçon » et ἐραστής erastès « amant ») désigne à l origine une institution morale et éducative de l Antiquité bâtie autour de la relation particulière entre un homme mûr… …   Wikipédia en Français

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”